Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen
Les éoliennes recyclables : info ou intox ?

Les éoliennes recyclables : info ou intox ?

Article éolien

Dès 2025, des centaines d’éoliennes de première génération arriveront en fin de cycle. Elles seront démantelées et des millions de tonnes de matériaux devront être traitées. Les éoliennes sont souvent critiquées pour leur faible niveau de recyclage qui rendrait la filière beaucoup moins durable qu’il n’y paraît. Info ou intox, on fait le point.

Durée de vie d’une éolienne

La durée de vie d’une éolienne est de 20 à 30 ans. A l’issue de cette période le parc peut être renouvelé, on parle alors de repowering ou démantelé pour remettre le terrain dans son état initial. Dans tous les cas la question du recyclage des éoliennes se pose.

 

Recyclage éolienne, que dit le cadre légal ?

Les éoliennes sont des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). La réglementation française oblige les exploitants de parcs éolien à les démanteler une fois qu’ils ont cessé de fonctionner. En prévision de l’opération, ils doivent provisionner, dès la mise en service du projet, 50 000 € par éolienne de 2 MW et 10 000 € par MW supplémentaire, soit 60 000 € pour une éolienne de 3 MW, par exemple. Les exploitants sont tenus de remettre le site en état, d’excaver les fondations et de valoriser ou d’éliminer les déchets de démantèlement. La loi fixe ainsi un cadre protecteur mais le projet de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) prévoit d’aller encore plus loin en rendant obligatoire le recyclage des matériaux constitutifs des éoliennes. Pour bien appréhender cette question, il faut comprendre de quoi est composée une éolienne.

Une éolienne, de quoi est-ce fait ?

On trouve trois grands types de matériaux sur un parc éolien :

  • le béton qui sert pour les fondations est réutilisable à 100 % sous forme de granulats ou pour la fabrication de béton neuf ; 
  • les matériaux composites (résine et fibre de verre ou de carbone), présents dans les pales et la nacelle, sont pris en charge par des filières spécialisées dans le cadre d’une valorisation thermique et énergétique, ou réemployés pour d’autres parcs éoliens. Ils sont aujourd’hui recyclables à plus de 50 % ;
  • les métaux (acier, cuivre, fonte, aluminium) que l’on retrouve dans le mât, le moyeu, la nacelle et les câbles électriques sont entièrement recyclés.

composants éolienne

Ainsi, la majeure partie des composants d’une éolienne se recycle. Le démontage dans l’Aude du premier parc éolien de France en 2019 a d’ailleurs prouvé la capacité d’ENGIE Green à aller bien au-delà des exigences légales.

Port-la-Nouvelle, un cas d’école

Le parc éolien de Port-la-Nouvelle, dans l’Aude, était le plus ancien de France. Dès 2016, nous avons engagé une réflexion de fond afin de définir une stratégie de recyclage compétitive et vertueuse d’un point de vue environnemental. Tous les éléments (mâts, nacelles, câblages, génératrices, huiles et pales) composant les trois plus vieilles éoliennes du parc ont été démontés, triés et acheminés vers des filières de recyclage et de valorisation spécialisées. Soit plus de 96% des composants démantelés. Seul 1 % du poids total des éoliennes a été éliminé en tant que déchets. Pour autant, nous savons que les pales restent un défi posé à la durabilité des éoliennes. Si leur part dans le poids total est relativement faible, elles pourraient représenter, selon l’Ademe, 3 000 à 15 000 tonnes de déchets annuels en France à partir de 2025. L’objectif de la filière est donc d’atteindre 100 % de recyclage des éoliennes le plus rapidement possible.

Vers des pales 100 % recyclables

Lancé en septembre 2020, le projet Zebra regroupe un consortium unique, piloté par l’Institut de recherche technologique Jules Verne. Il réunit des acteurs majeurs de l’industrie et des centres techniques, dont Arkema, Canoe, ENGIE, LM Wind Power, Owens Corning et Suez. L’objectif : démontrer la pertinence technique, économique et environnementale de pales d’éoliennes en thermoplastique afin d’en améliorer l’éco-conception et le recyclage. Après une année de développement, l’usine LM Wind Power, en Espagne, a sorti en mars 2022 la plus grande pale thermoplastique au monde. 100 % recyclable, elle utilise la résine Elium® d’Arkema et de nouveaux matériaux en fibre de verre haute performance d’Owens Corning. 

Le consortium avance à présent sur l’automatisation de la fabrication afin de réduire la consommation d’énergie et les déchets de production. La validation des méthodes de recyclage est prévue d’ici à fin décembre 2022. Il s’agit d’une avancée considérable pour la filière.

Ainsi, même si des progrès sont toujours possibles, l’éolien a une empreinte environnementale particulièrement faible et reste l’une des énergies les plus efficaces pour lutter contre le réchauffement climatique. 

 

En participant à la démarche ambitieuse du projet Zebra des pales d’éoliennes recyclables, ENGIE assume pleinement sa responsabilité de leader de la filière éolienne. Cette première pale […] est la preuve tangible que l’éolien est au service, non seulement d’une économie neutre en carbone, mais plus largement d’un monde plus durable, respectueux des ressources naturelles.

Auteur :
Rosaline Corinthien
Informations complémentaires :
Directrice générale d’ENGIE France Renouvelable

Attention : des tentatives d’escroquerie usurpant le nom « ENGIE Green France » sont en cours, soyez très vigilant en cas de démarchage. ENGIE Green France ne propose aucun produit financier de type « Livret d’investissement ».