Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen
Image entête page actualité fiche

Restaurer les zones humides des landes de Lavernat (72)

Le 11 Août 2021 - Par ENGIE Green

Biodiversité Éolien

ENGIE Green a construit un parc de quatre éoliennes sur la commune de Lavernat dans la Sarthe. En novembre 2013, dans le cadre du développement de ce projet, une expertise zones humides a été réalisée sur les zones de travaux par un bureau d’étude. L’objectif était de définir si le projet impactait des zones humides et, dans l’affirmative, de mesurer quelle surface était impactée par le projet. Les sondages pédologiques effectués sur la zone du projet ont identifié, sur la parcelle d’une des éoliennes, des traces d’hydromorphie justifiant le classement en zone humide. Environ 1500 m² de zones humides ont ainsi été répertoriées.

Selon le Code de l’environnement, les zones humides sont des « terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire, ou dont la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ». (Art. L.211-1 du code de l’environnement).

Dans les milieux humides, des fluctuations fréquentes du niveau d’eau sont à l’origine de la formation de sols particuliers ainsi que d’une végétation et d’une faune spécifiques. L’identification d’une zone humide peut donc se faire grâce à sa flore particulière mais aussi par des relevés de sols. Un promeneur peut marcher sur une zone humide sans s’en rendre compte car certaines d’entre elles sont asséchées en surface une partie de l’année. La composition du sol sur les premiers mètres sera en revanche en permanence caractéristique d’une zone humide, quelle que soit la période de l’année.

Les zones humides sont importantes pour réguler le fonctionnement hydrographique en jouant un rôle de tampon, d’éponge (en retenant l’eau en période de forte pluie ou en la relarguant en période de sécheresse). La préservation des zones humides est donc essentielle à la préservation de certains écosystèmes et de la biodiversité qu’ils abritent.

 

Les actions d’ENGIE Green

En cas de destruction de zones humides, le SDAGE (*) Loire-Bretagne prévoit une compensation qui doit être située dans le même bassin versant que l’impact. Elle prévoit également une équivalence écologique tant sur le plan fonctionnel que sur la qualité de la biodiversité.

Une convention de restauration de zones humides a ainsi été signée avec un exploitant agricole pour la restauration et l’entretien de parcelles situées sur une commune voisine et pour une superficie d’environ 2 hectares.

 

ENGIE Green est à l’initiative de mesures de protection des écosystèmes qui entourent ses parcs éoliens

Ambitions

Afin que les énergies renouvelables s’insèrent au mieux dans les paysages naturels, les équipes d’ENGIE Green intègrent les enjeux environnementaux dès la phase de développement de ses parcs éoliens, à travers la réalisation d’études d’impact. Pour chaque projet, une démarche sur-mesure est mise en place permettant d’éviter, de réduire, et le cas échéant de compenser les éventuels impacts de l’installation sur le milieu naturel. Au-delà des mesures réglementaires, ENGIE Green est à l’initiative de projets de R&D, développe des méthodes innovantes et déploie des mesures de protection de la biodiversité qui s’étendent au-delà des limites de ses installations pour contribuer à la préservation de la biodiversité locale. En restaurant ces zones humides des Landes de Lavernat, ENGIE Green entend préserver la biodiversité locale.

En savoir plus, consulter la plaquette dédiée (PDF)

Partager

Partager

Autres actualités