Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen
Image entête page actualité fiche

Emissions sonores des éoliennes, décryptage de Colin Le Bourdat

Le 14 Décembre 2021 - Par ENGIE Green

Le sujet des nuisances sonores fait débat en France et il est souvent un motif d’inquiétude dans les débats autour de l’éolien. Chez ENGIE Green, nous prenons le sujet de l’acoustique très au sérieux et avons conscience qu’il est déterminant dans la conduite de nos projets éoliens.

En étant à la fois développeur, constructeur et exploitant, nous bénéficions d’un exceptionnel retour d’expérience et apprenons de la réalité du terrain pour améliorer les pratiques en développement.

Une équipe d’experts travaille sur le sujet et apporte chaque jour son aide au développement et à l’exploitation des projets éoliens pour intégrer les installations à leur environnement sonore.

Colin Le Bourdat, expert acousticien chez ENGIE Green vous décrypte le sujet de l’acoustique et des émissions sonores des éoliennes.

Origine des émissions sonores dans les projets éoliens

Aujourd’hui, il existe deux sources principales d’émissions sonores : les sources issues de la chaîne cinématique (engrenage, roulement, …) et le bruit aérodynamique qui provient des turbulences de l’air engendré par le mouvement des pales.

Il est important de souligner que le bruit en lui-même n’est pas une valeur absolue. En effet, la mesure du niveau sonore varie en fonction de la distance à la source du bruit, de l’environnement, de la topographie du site, de la végétation et de l’urbanisme.

Objectifs de l’acoustique dans les projets éoliens

Il existe plusieurs objectifs lorsque l’on parle de la thématique du bruit dans les projets éoliens. Le premier, et sûrement le plus important, est l’acceptation territoriale. En effet, l’acoustique représente l’une des principales craintes des riverains proches des parcs éoliens. Une d’étude d’impact est ainsi réalisée pour atteindre ces objectifs. Après des mesures avec des microphones sur le terrain en amont du projet, une analyse est faite pour définir un état initial. Cet état initial sert de référentiel vis-à-vis du niveau de bruit avant-projet.

Un travail est ensuite réalisé avec des bureaux d’études externes pour le choix des turbines. Une modélisation est réalisée afin de définir un choix pertinent d’implantation tenant compte des enjeux de production et d’impact sonore. L’objectif final est la prédiction la plus juste possible de l’impact acoustique du projet éolien, chaque décibel supprimé a un impact positif sur la production du parc.

Méthodologie acoustique d’un projet éolien

1200px-WindenergyLors de la phase de développement d’un projet éolien, il est primordial de maîtriser et s’assurer que celui-ci sera conforme à la réglementation lorsqu’il sera en exploitation. En phase construction, les éoliennes n’atteignent pas directement leur puissance cible. La montée se fait graduellement afin de les intégrer progressivement à l’environnement sonore des riverains. L’éolienne atteint alors son meilleur rapport production/acceptation/règlementation. La dernière étape représente la phase d’opération. Elle permet de contrôler la conformité du parc aux réglementations acoustiques.

 

Des solutions mises en œuvre grâce à des avancées technologiques

Grâce aux évolutions technologiques, il est possible de fabriquer des éoliennes de plus en plus silencieuses et de maîtriser leurs émissions sonores. Des plans de gestion acoustique sont ainsi mis en place, appliquant des modes de fonctionnement réduits sur certains horaires de la journée, certaines vitesses ou directions du vent. L’éolienne est alors dite bridée. Grâce à cette solution, les parcs restent en conformité avec la réglementation et bien acceptés localement.

Nous utilisons également une solution nommée capteur de pluie. Les émissions sonores liées à la pluie couvrant le bruit de nos éoliennes, il est possible de débrider les machines afin d’augmenter leur productivité.

Les serrations font également partie des derniers développements technologiques en matière de projets éoliens. Petits peignes issus du biomimétisme de la chouette, ils permettent de limiter la turbulence en bout de pale et de réduire les émissions sonore et donc l’impact du parc sur les habitations à proximité.

Nos équipes travaillent également sur des outils intelligents qui permettent d’élaborer des plans de bridage de manière automatique afin de minimiser les émergences sonores tout en optimisant la production d’énergie du parc.

Chez ENGIE Green, en étant développeur, constructeur et exploitant, nous sommes pleinement conscients de l’enjeu de l‘acoustique des parcs éoliens. Nous sommes vigilants et sensibles à ce sujet, nous nous engageons pour une production intégrée dans son environnement et qui s’inscrive sur le long terme. Nous prenons en compte les retours des riverains tout au long de la durée de vie des parcs et menons les études quand cela s’avère nécessaire.  

 Un sondage récemment réalisé par Harris Interactive à la demande de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et le ministère de la Transition écologique et publié le jeudi 7 octobre révèle que 73 % des Français ont une image positive des éoliennes. Ce chiffre monte même à 80 % chez les personnes possédant une résidence à moins de 10 km d’un parc éolien. Des données qui montrent qu’il faut relativiser la “controverse” que représenterait cette énergie renouvelable. 

Partager

Partager

Autres actualités