Agissez avec nous pour un web moins énergivore en passant sur l'affichage économique du site !
#black is the newgreen
Image entête page actualité fiche

Centrales solaires au sol et biodiversité : quels impacts ?

Le 4 Novembre 2021 - Par ENGIE Green

La construction d’une centrale solaire a-t-elle un impact sur la biodiversité ? La flore peut-elle se développer sur un site accueillant une installation photovoltaïque ? Quels comportements adopte la faune face à l’installation de panneaux solaires ?

ENERPLAN, le syndicat des professionnels de l’énergie solaire, a publié les premiers résultats d’une étude sur l’impact des parcs photovoltaïques au sol sur la biodiversité. Julien Rignol, expert Biodiversité chez ENGIE Green nous apporte son éclairage sur ce bilan réalisé en partenariat avec l’ADEME, le SER et les régions Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Provence-Alpes-Côte d’Azur.

300 suivis écologiques et 111 centrales solaires au sol étudiées

Cette étude porte sur 111 parcs photovoltaïques situés dans les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur, Occitanie, Nouvelle-Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes. L’analyse de plus de 300 suivis écologiques* sur la faune et la flore a permis de déterminer les évolutions des espèces présentes sur ces sites, avant et après la construction d’une centrale solaire.

Une flore abondante

Concernant la flore, l’étude montre une augmentation du nombre d’espèces présentes dans les parcs solaires. Cette diversification est probablement liée à l’apparition de nouvelles espèces qui profitent de la mise à nu du sol pour se développer. Aussi, certaines mesures mises en place par les opérateurs permettent la préservation des qualités du sol, contribuant ainsi à une reprise rapide de la végétation dans les parcs.

 

Une faune faisant apparaître de nouvelles espèces

Une fois la centrale installée, le nombre d’espèces de papillons de jour s’accroit d’année en année 

Une fois la centrale installée, l’étude indique que le nombre d’espèces de papillons de jour s’accroit d’année en année. On note même parfois l’apparition de nouvelles espèces rares ou protégées comme la Proserpine (en zone méditerranéenne) ou le Fadet des laiches (en zone atlantique) qui profitent de l’implantation nouvelle de leurs plantes « hôtes ».

L’étude soulève une évolution majoritairement négative pour les reptiles en comparaison avec la situation d’avant construction. En revanche, le suivi post-construction révèle une stabilité indiquant que les modalités d’entretien des parcs solaires sont favorables au maintien de ces espèces. ENGIE Green est d’ailleurs très engagée dans la protection des reptiles et met en place des habitats favorables à leur protection et leur développement.

La nidification de l’Alouette Lulu au sein même de nombreux parcs solaires

La construction d’un parc solaire nécessite parfois la suppression d’arbres et de broussailles présents sur le site d’implantation. Ce passage d’un milieu fermé à un milieu ouvert a tendance à favoriser l’arrivée de nouvelles espèces d’oiseaux « spécialistes » des milieux ouverts, au détriment d’espèces plus caractéristiques des milieux fermés (qui quittent les lieux). La nidification de l’Alouette Lulu au sein même de nombreux parcs solaires est un exemple parfait de cette évolution. D’autres espèces utilisent le parc pour s’alimenter, et il est d’ailleurs courant que ces espèces nichent dans les nichoirs artificiels que nous installons en périphérie des parcs.

 

Première étape terminée, lancement de la deuxième phase de l’étude

Cette étude, réalisée par Icare & Consult et Biotope, constitue une première étape de l’analyse des impacts des parcs solaires sur la biodiversité. D’ores et déjà, la phase II de cette étude a été lancée, avec un élargissement de l’échantillon et une collecte de données complémentaires. A l’issue de ce travail, des conclusions et recommandations plus complètes pourront être proposées à destination de la filière et des services instructeurs.

Les projets d’énergies renouvelables participent à produire de l’électricité décarbonée. Ces productions font donc partie des solutions pour lutter contre le changement climatique qui fait peser un risque majeur sur la biodiversité.

Chez ENGIE Green, chaque projet est conçu, étudié et adapté pour protéger et favoriser le développement de la biodiversité.

 

*Suivis de la faune et de la flore, au sein et aux abords des centrales solaires, après la construction.



A découvrir dans nos actualités : Aménager des gîtes pour protéger le lézard ocellé

 

 

 

Partager

Partager

Autres actualités